Morphologie 3D des articulations zygapophysaires lombaires : comparaison entre un groupe lombalgique et non lombalgique

Téléchargement : 10 € TTC.
Parution Mar 2011
Publié dans le Numéro 1
Auteurs
Walid Salem
Paul Klein
Mots-clés
Articulation zygapophysaire (1)
Lombalgie (6)
Vertèbres lombales (2)
Résumé
Objectif

Il s’agit d’une étude rétrospective. Nous avons analysé divers paramètres morphologiques concernant les articulations zygapophysaires lombaires chez des patients lombalgiques et non lombalgiques. Les paramètres étudiés sont le rayon de courbure des surfaces articulaires ainsi que leur orientation sur base de leurs angles d’inclinaison et de déclinaison tout en tenant compte du niveau et la latéralité.

Méthodes

Les données ont été récupérées à partir de la base de données du Service de Radiologie du CHU de Brugmann – Bruxelles. 282 patients ont été répertoriés, tous ayant passé un CT Scan, pour un motif de consultation soit de lombalgie, soit de douleurs abdominales. La fiabilité du procédé de mesure a été contrôlée par un modèle de MANOVA répétée afin de quantifier la variabilité inter et intra observateur.

Résultats

L’analyse statistique montre que l’angle d’inclinaison ne présente aucune différence significative ni entre les différents segments lombaires, ni pour la latéralité (droite/gauche). L’angle de déclinaison pour tous les niveaux lombaires montre une différence significative entre les deux groupes et ce en fonction de la latéralité gauche (p<0.05). Concernant le rayon de courbure, il ressort une différence significative entre les groupes lombalgique et non lombalgique au niveau des segments L4/L5 et L5/S1. Pour les deux groupes, on trouve une variation significative du rayon de courbure en fonction de l’étage vertébral. Pour ce même paramètre, il existe également une différence significative entre les côtés droit et gauche.

Conclusion

Cette étude a permis de mettre en évidence une forte asymétrie droite en ce qui concerne l’angle de déclinaison des articulations zygapophysaires lombaires et également leur courbure dans le plan transversal. Une telle morphologie indique qu’on ne peut s’attendre à une symétrie des mouvements, tant pour les rotations que pour les latéroflexions droites et gauches. Le mouvement vers la gauche n’est pas le mouvement miroir de celui vers la droite. Lors des tests de mobilité et également lors de mobilisations il faudra le cas échéant tenir compte de ce genre d’asymétries physiologiques. En plus nous avons pu déterminer une différence significative entre le groupe lombalgique et le groupe non-lombalgique en ce qui concerne l’angle de déclinaison pour tous les niveaux vertébraux. La courbure des surfaces articulaires présente également une différence significative entre les deux groupes mais uniquement pour les segments L4/L5 et L5/S1. L’impact précis d’une telle différence sur le tableau clinique reste à être élucidé.

Dernières Actualités

Symposium international "Ostéopathie du sport et posturologie”
Parution du numéro 26
Numéro 26 : Rubrique Lire
Parution du numéro 25
Numéro 25 : Rubrique Lire
7th “Open Forum for Osteopathic Education” Conference – “The Working Principles of Osteopathy"
Appel à projet de recherche sur la douleur
Confiez l'analyse de vos données statistiques à la Revue de l'Ostéopathie
Accédez au Forum de La Revue de l'Ostéopathie
Parution du numéro 24