Influence de la technique de fibrolyse diacutanée sur la rotation de l’articulation gléno-humérale

Téléchargement : 10 € TTC.
Publié dans le Numéro 6, Parution Apr 2012
Auteurs
Walid Salem
Paul Klein
Massimo Vispi
Résumé
Objectif

Peu d’études se sont consacrées à la détermination expérimentale des amplitudes passives et des moments de force passifs au niveau de l’articulation gléno-humérale, ni à leur analyse lors de la rotation latérale passive de cette articulation. A l’aide d’un couplemètre couplé à la goniométrie électronique nous avons déterminé ces paramètres. En plus nous avons voulu investiguer l’éventuel effet d’une technique de fibrolyse diacutanée appelée « crochetage profond », sur ces paramètres.

Méthodes

Sur 15 sujets sains masculins, nous évaluons l’amplitude passive maximale ainsi que le moment de force maximal lors de la rotation latérale passive de l’articulation gléno-humérale. Dans un deuxième temps, nous évaluons l’influence de la technique de fibrolyse diacutanée sur ces paramètres. Nous effectuons également un « crochetage superficiel » pour évaluer l’éventuel effet placebo de cette technique. Trois séries de mesures ont donc été réalisés, chacune comportant 3 répétitions espacées de 5 minutes afin de limiter au mieux l’effet de la précédente prise de mesures.

Résultats

La valeur moyenne d’amplitude maximale passive est de 86,5 ± 14,8°. La moyenne des moments de force correspondants est de 8,2 ± 2,3 Nm. Nous observons une augmentation significative (p<0,05) de l’amplitude maximale passive après crochetage profond. Nous observons également une diminution significative (p<0,05) du moment de force pour une amplitude donnée qui est dans ce cas la plus grande amplitude commune aux trois répétitions des mesures. La variation d’amplitude maximale est plus importante lorsque le sujet présente une faible amplitude maximale au départ. La corrélation entre ces paramètres est négative et très hautement significative (p<0,001). La variation du moment de force maximal est plus importante lorsque le sujet présente une faible amplitude maximale de départ. La corrélation négative est significative (p=0,011).

Conclusion

Ce travail contribue à l’étude des mouvements passifs au niveau de l’épaule ainsi qu’à l’étude de l’influence de la fibrolyse diacutanée sur l’articulation gléno-humérale. Après application de cette force les paramètres mesurés ont changés significativement d’autant que le sujet présentait une épaule «raide» au départ. La technique de fibrolyse diacutanée peut être considérée comme une technique intéressante en clinique.

Mots-clés
Amplitude articulaire (4)
Force musculaire (1)
Épaule (1)

Dernières Actualités

Enquête de la FédOsoli en partenariat vec l'Université Aix-Marseille
Parution du numéro 28
Numéro 28 : Rubrique Lire
L'article "Effets de manipulations ostéopathiques visant le péricarde sur le système nerveux autonome : une étude pilote" est en Open Access
Numéro 27 : Rubrique Lire
Parution du numéro 27
La prise en charge des grands syndromes cranio-maxillo-faciaux en ostéopathie pédiatrique
13e Symposium Ostéopathique International de Nantes. 11 & 12 mars 2022
Confiez l'analyse de vos données statistiques à la Revue de l'Ostéopathie
La DOULEUR, de la recherche fondamentale à la pratique clinique. 4e congrès International Universitaire d'Ostéopathie. 19 mars 2022